Showroomdummies #3

Générique

Mise en scène, chorégraphie et scénographie Gisèle Vienne et Etienne Bideau-Rey
Musique originale Peter Rehberg à l’exception de la chanson créée et interprétée par Tujiko Noriko sur une musique revisitée par KTL (Stephen O’Malley et Peter Rehberg)
Lumières Patrick Riou
Stylisme et conception des costumes José Enrique Ona Selfa
Perruquière et maquilleuse Mélanie Gerbeaux
Assistantes des chorégraphes Anne Mousselet et Anja Röttgerkamp
Réalisation des costumes Martine Augsbourger – Atelier Costumes du CCN-Ballet de Lorraine
Répétiteur Thomas Caley
Interprété par les danseurs du CCN-Balet de Lorraine Vivien Ingrams, Laure Lescoffy, Valérie Ly-Cuong, Sakiko Oïshi, Elisa Ribes, Ligia Saldanha, Marion Rastouil, Tristan Ihne ou Marc Galvez

Partenaires

Réécriture pour le CCN-Ballet de Lorraine – Premiere le 4 avril 2013 à l’Opéra national de Lorraine

Production déléguée DACM

Création 2001
Coproductions Bonlieu Scène nationale Annecy dans le cadre de la Banane Bleue soutenue par Région Rhône-Alpes & Le Cargo – Maison de la culture de Grenoble
Avec le soutien du Centre Chorégraphique National de Grenoble dans la cadre de l’accueil-studio 2001, Ministère de la Culture – DRAC Rhône-Alpes, Institut International de la Marionnette, Brise Glace de Grenoble, Fondation Marcel Bleustein-Blanchet, Fondation de France & Union Européenne – Programme européenne pour la jeunesse
Avec le soutien de la Ville de Grenoble & du Conseil Général de l’Isère

Recréation 2009
Coprodution Le Quartz Scène nationale Brest (Gisèle Vienne est artiste associée de 2007 à 2011)
Avec le soutien du Parc National de la Villette pour la mise à disposition d’un studio

Présentation

Showroomdummies#3, mêlant danse, théâtre et arts visuels, livre un spectacle déroutant entre fantasme et réalité, sur le rapport du corps aux corps artificiels et librement inspiré de La Vénus à la fourrure de Léopold von Sacher-Masoch (1870).
«Séverin, personnage principal, est un homme qui tombe amoureux d’une statue de Vénus. Il rencontre Wanda troublante personnification de cette Vénus qui va lui permettre d’assouvir ses fantasmes. Wanda devient la déesse de Séverin qui ne tardera pas à devenir volontairement son esclave.»
C’est un mélange de froideur et de sensualité à travers une chorégraphie lente et mécanique soutenue par la musique électronique du musicien autrichien Peter Rehberg.

Historical

Presse